Des Méthodes Internationalement Reconnue

Pour donner le label, climatop a besoin d’une évaluation du cycle de vie (ECV) complète de tous les produits témoins. L’ECV est réalisée dans un bureau technique indépendant et connu, spécialisé dans la réalisation de ce type de calculs (aux directives de climatop ou de celles du demandeur). En amont, les directives d’un demandeur sont éprouvées par climatop, si l’ECV satisfait à climatop.

Des Normes Internationales

Les ECVs, qui sont calculées pour climatop, sont évaluées selon les normes internationales. Les ECVs obéissent au GHG protocole et elles sont complétées selon la norme ISO 14040.

La Demande qui est Adressée aux ECVs

climatop a besoin d’une ECV qui est un bilan « Cradle to Grave » (littéralement : du berceau à la tombe). C’est un bilan qui inclue tout le cycle de vie d’un produit, de l’extraction de la matière première, en passant par la production, le transport, jusqu’à l’emballage, l’utilisation et le traitement des déchets. Il ne s’agit pas uniquement d’émissions de CO2, d’autres variables écologiques devant êtres calculés pour donner le label. On a besoin d’une ECV entière pour être sûr qu’il n’y a pas d’impacts écologiques relevés plus importants que ceux engendrés par des produits similaires.

Une ECV est comparable avec une comptabilité qui collecte pour toutes les composantes d’un produit des informations sur des flux d’énergie à la manière d’un bilan. Après avoir collecté les données, on doit estimer leur impact environnemental.
Celles-ci sont ensuite triées, additionnées, puis évaluées. En plus des résultats pour les émissions de gaz à effet de serre, on reçoit des données concernant d’autres aspects environnementaux comme l’eutrophisation, la toxicité, la perte de la biodiversité ou la consommation d’eau.

L’Unité Fonctionnelle

Afin de pouvoir donner une indication de comparaison dans un groupe témoin, il faut définir précisément une unité fonctionnelle. Celle-ci deviendra la référence de comparaison des résultats de l’ECV et donc de l’émission de CO2.

La Frontière de Système

Dans le cadre d’une détermination de l’unité fonctionnelle, on définit quels facteurs de l’ECV sont considérés dans le bilan et lesquels ne sont pas considérés. On détermine dans quelle proportion le produit est évalué et quels processus sont dans la frontière de système.

Les résultats dépendent de la définition de la frontière du système. C’est important que celle-ci soit définie également pour un produit dans un groupe témoin. Pendant la production, s’il y a des produits dérivés qui ne sont pas dans la frontière de système, donc en processus différent, on utilise des allocations. C’est-à-dire que les impacts environnementaux, qui sont générés d’un tel processus, sont fractionnés et comptés proportionnellement pour chaque bilan. Les allocations résultent de la valeur économique (prix) du produit ou bien reposent sur des unités physiques (par exemple la masse ou la valeur calorifique).

Les Données

Pour calculer l’ECV, les données se composent des données primaires et secondaires. Les données primaires sont collectées chez les fabricants. Elles sont strictement exactes et spécifiques des produits. Des autres données comme les valeurs d’émissions générées du transport ou de l’électricité sont calculées en se fondant sur les données secondaires. Par exemple, c’est impossible et déraisonnable d’essayer de calculer les émissions d’un camion individuel. Cette procédure est trop complexe. Ces données sont extraites de la banque de données qui s’appelle ecoinvent et elles sont confirmées par les calculs.

Pour comparer des produits analogues, on a besoin des données spécifiques des différents fabricants. Ces données sont mises à la disposition du demandeur ou elles sont prises à  ecoinvent.

invite les différents fabricants à participer à la comparaison en mettant leurs données à disposition. Pour différentes raisons (secret, concurrence, stratégie), peu de fabricants participent. Dans cette éventualité, on fait les calculs au moyen des publications scientifiques ou des informations des banques de données connues.

Parce qu’il est impossible d’inclure tous les fabricants, assure que les produits revus sont toujours sous-jacents à la moyenne du marché. Dans ce dessein, on utilise aussi les données d’ecoinvent qui réfléchissent à l’identique la norme d’un produit.

L’Analyse de Sensibilité

Pour corroborer des résultats, on fait des analyses de sensibilité qui examinent les calculs d’un autre point de vue. Souvent, des études, des données scientifiques ou des différents scénarios sont considérés et comparés avec l’ECV.